Le Yoga et moi...

November 15, 2016

Le Yoga et moi...?

 

Cette question a ouvert ma pratique de yoga au départ. Elle était le sujet de mon mémoire de fin de formation.

Elle est à la fois si vaste et si personnelle.

Qu'est ce que le yoga m'a apporté dans la vie ? Pourquoi m'y suis-je mise ? Et pourquoi je continue ?

 

J'ai découvert le yoga il y a environ 6 ans. J'en avais entendu parler avant, bien sûr, comme tout le monde, mais j'ai vraiment osé franchir la porte d'un studio il y a 5 ans seulement. Mon travail de juriste à Paris dans l'audiovisuel me stressait profondément et je voyais mes collègues plus âgées partir en Burn out... Etant déjà quelqu'un de très "mental", j'ai cherché une discipline qui me connecterait à mon corps tout en me permettant d'évacuer le trop plein de stress.

Je me souviens encore de mon état lorsque j'ai terminé ce premier cours dans un dojo du 13e arrondissement. Détente profonde, bien-être physique et mental, j'étais recentrée. Et surtout j'ai compris dès ce cours que la pratique du yoga était ma réponse, je suis tombée amoureuse !

 

De très nombreux cours ont suivi, principalement du Hatha au départ. Un yoga doux, d'intériorisation, qui développe notre ressenti physique et nous permet de devenir des observateurs neutres et bienveillants de nos processus mentaux, de ne plus en être les esclaves ! Plus je travailllais avec mon corps et ma respiration, plus mon esprit s'ouvrait et s'appaisait.

 

Mais au bout de deux ans de Hatha Yoga, j'ai commencé à vouloir quelque chose de plus dynamique, de plus physique. J'ai alors rencontré le Vinyasa yoga. Je me rappelle aussi la fin de mon premier cours de yoga dynamique, moi qui n'était pas sportive : "On peut transpirer à ce point en yoga ? Et c'est quoi tous ces nouveaux muscles dont j'ignorais l'existence !?". On sortait totalement du cliché du Yoga pour le 3e âge !

 

Le Vinyasa m'a permis de toucher une autre facette de ma personnalité, le côté plus actif, plus guerrier, plus yang finalement. Quand le corps est dans l'effort soutenu mais respectueux, le mental déconnecte également pour se concentrer sur la pratique. 

J'aime beaucoup le yoga dynamique, cependant je constate avec une pointe de regret que ce type de yoga peut parfois virer à la performance physique, où le corps est contraint, dompté, au lieu d'être libéré. Au lieu de nous libérer un peu de notre mental, nous tombons dans une dictature du perfectionisme de la posture, de l'apparence extérieure, ce que nous voulions fuir au départ ! Nos petits démons intérieurs nous ont piégé à nouveau !

 

Face à ce constat, j'ai senti le besoin d'explorer une pratique plus douce, encore plus intériorisée et lente que le Hatha yoga, pour voir ce que je pouvais découvrir. J'ai alors plongé dans l'univers du Yin Yoga. Ici aucune performance ou compétition physique, pas d'alignement drastique, pas de consignes précises sur le souffle, juste un espace béant de silence et d'immobilité. Un espace de relâchement et d'acceptation totale de soi, son corps et ses possibilités du jour, son mental et ses humeurs du moment... Le Yin a été une forme de libération de mon besoin de perfection et de contrôle, il a un pouvoir thérapeutique émotionnel énorme. Le Yin me reconnecte profondément et instantanément à cette part féminine, fluide, patiente et profondément bienveillante qu'il y a en moi et en chacun de nous. Cette part qui nous dit que "tout est ok" quoi qu'il arrive, même si votre pied n'est pas correctement aligné, que votre boss vous mène la vie dure au boulot ou que vous n'avez toujours pas réussi à régler votre besoin de reconnaissance et d'acceptation extérieure.... Car la clé est là, vous commencez à vous accepter vous même, sans limite. Vous commencez à toucher l'amour, inconditionnel, pour vous, votre corps, vos faiblesses et aussi plus largement pour les autres. Vous commencez à ouvrir les yeux sur ce qui va dans votre vie et ce qui ne va pas réellement et que vous ne vouliez pas voir parce que cela fait peur !

 

Pour ma part, j'ai fini par démissionner de mon emploi de juriste, avant de faire un burn out. J'ai choisi de me sauvegarder avant que mon corps ne me lâche... Puis j'ai choisi de me former au yoga et de quitter la vie parisienne qui ne me convenait plus.

J'ai déménagé sur La Rochelle et ouvert un studio de yoga. Par bonheur le succès a été au rendez-vous. A tel point que la question s'est posée d'ouvrir un deuxième studio pour accueillir les élèves que je devais refuser dans le premier faute de place. 

Mais la machine s'est enrayée à nouveau, la peur de l'insécurité, l'instabilité financière, le besoin de faire ses preuves et surtout de se prouver à soi que sa reconversion est réussie, la difficulté à collaborer avec des personnes qui ne partagent pas forcément votre vision du yoga (car pour chacun le yoga est très personnel)... Ce deuxième studio a fait apparaitre beaucoup de craintes sous-jacentes non réglées, au coeur même de ma pratique. Et c'est ma pratique qui m'a permis de les dépasser, de me trouver réellement et de faire la différence entre ce dont j'avais envie et ce dont j'avais vraiment besoin, ce qui m'épanouissait et non pas ce que je croyais être épanouissant, selon moi.

 

Finalement, j'ai choisi de rester prof de yoga et non  de devenir gérante de studios. Ce que j'aime fondamentalement, c'est enseigner et voir le visage des gens si reposés et épanouis à la fin d'un cours, c'est simple mais c'est le plus beau des cadeaux. Celui qui te fait dire que ton métier a un sens et que tu es utile... et cela, évidemment, ça  ne se chiffre pas en centaines ou milliers d'euros. Alors oui, le prix à payer est de renoncer à une certaine sécurité matérielle et à un confort de vie, mais qui croit encore maintenant que l'argent donne du sens à la vie ? 

 

Et aujourd'hui, où en suis je de ma pratique ? 

Je m'apprête à quitter mon studio à la Rochelle pour poser mes valises sur le Bassin d'Arcachon, car mon coeur a choisi de suivre l'homme que j'aime. Je m'apprête, encore une fois, à repartir de zéro et tout recommencer. Mais c'est OK, je n'ai pas peur. Le Yoga m'a appris l'impermanence, le mouvement perpétuel, le changement qui est celui du cycle de la vie au fond. Dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !

Le yoga m'a appris à m'arrêter pour écouter mes besoins, à ralentir pour observer la vie et l'accueillir, telle qu'elle est à chaque instant, avec un sourire :)

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Please reload